Du terrible choix famille/carrière

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Du terrible choix famille/carrière

Message par Echo le Jeu 13 Mai 2010 - 22:31

Bonsoir à tous et toutes,

Bientôt diplômée et jeune maman je me questionne sur le choix que je dois faire pour le début de mon exercice. Une collaboration à "mi-temps"? un salariat temps plein avec des horaires scolaires? m'associer mais faire un crédit? un remplacement?
Bref, je suis tiraillée entre l'envie de bien gagner ma vie et m'éclater dans mon métier chéri , ou bien différer ces projets et pouponner mon titou. Comment avez-vous commencé votre carrière? quels choix avez-vous fait pour votre famille? Merci pour vos reponses

Echo

Messages : 1
Date d'inscription : 13/05/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Du terrible choix famille/carrière

Message par Carine17 le Ven 14 Mai 2010 - 7:36

Bonjour,

Je vais te faire part de mon expérience qui, je préviens à l'avance, est très subjective et plombée par la vision très négative que j'ai du libéral en ce moment (donc à prendre pour ce que c'est : juste un témoignage)

En débutant, je ne me suis posé aucune question. J'ai d'abord failli faire un remplacement en CMPP, mais ça n'a pas collé. Alors, j'ai fait une collaboration en libéral et peu de temps après du mixte (mi-temps salariat, mi-temps libéral)

Plusieurs déménagements et lieux d'exercice différents, j'ai continué assez longtemps en mixte (CMPP ou IME), avant de passer en tout libéral il y a 3 ans.

Je me suis rendu compte d'une chose, quand j'étais en CMPP. Certes, les salaires de départ sont faibles comparés au libéral. Mais, en voyant mes collègues, au bout de 15 ans à temps plein gagner dans les 1800 euros pour 26 heures de présence (sur 35) par semaine obligatoires (le reste, préparation, formation, pouvant être fait chez soi), en voyant aussi qu'elles avaient quasi toutes les vacances scolaires (en faisant des heures sup les semaines scolaires et en récupérant ensuite), j'ai commencé à me dire qu'en comparant le temps passé/revenus en libéral, il n'y avait pas photo.

Maintenant, c'est trop tard, je suis trop "vieille" pour atteindre l'ancienneté salariale qui permet de basculer vers un bénéfice temps passé au travail/revenus qui penche vers le salariat.

Et je regrette franchement que personne, jamais, n'ait pris le temps de nous présenter à la fac les différents modes d'exercice avec leurs contraintes et leurs avantages.

Concernant le libéral, une fois qu'on y est, les décalages de charges font qu'il est très difficile de s'arrêter. Il faut avoir de l'argent de côté si on veut pouvoir cesser son exercice car il faut alors payer les cotisations dues pour les 2 années précédentes.

J'avais cru lire aussi quelque part, mais peut-être dans personnes plus éclairées ici me démentiront, que si on travaille moins de 15 ans, on n'a droit à rien au moment de la retraite (qui de toute façon s'annonce très faible, même en travaillant 40 ans à temps plein !)

Si je pouvais revenir en arrière et en prévision de ce que ça pèse actuellement sur ma vie de famille et sur ma santé (je suis au bout du rouleau), je ferais à 100% du salariat.

Ensuite, il y a le côté "boulot", c'est forcément plus limité à certaines pathologies quand on fait du salariat, on dépend d'un médecin qui n'est pas toujours très à l'écoute de notre avis.
On perd la richesse de l'orthophonie : sa diversité.

Le mixte me semblait un bon équilibre. Un fixe, même en été quand on prend des vacances en libéral. Des charges en libéral qui ne s'envolent pas car le nombre de RDV est limité (les semaines ne font que 7 jours). Et la diversité des pathologies.

Voilà pour mon expérience.

Carine17

Messages : 885
Date d'inscription : 12/01/2010
Age : 43
Localisation : Charente-Maritime

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum